French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
 

 Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 18900
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 61
Localisation : Normandie

Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G   Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeMar 9 Fév 2016 - 20:05

Une songfic destinée à l'anniversaire de Finleysf l'an passé, pour laquelle j'avais emprunté deux de ses personnages.

Les personnages de Marcus et Frédérique ne m’appartiennent pas. Ils sont la propriété exclusive de Finleysf, dans ses fictions « Le chat et la souris », « Le commencement »  et « Laisse-moi les commandes »
Je te tire aucun bénéfice de leur mise en scène dans cette songfic.
 
Infréquentable
 
Marcus Kirzen avait pris une décision et, entêté comme il l’était, nul doute qu’il s’y tiendrait. Quoique… cette décision allait tellement à l’encontre de ce qu’il était, de ce qu’il proclamait depuis des années, qu'il devrait se battre contre lui-même pour s’obliger à s’y tenir.

Mais durant ces longs mois de solitude, Marcus avait compris que cet amour qu’il gaussait volontiers était indispensable à sa vie. Ce qu’il avait voulu à toute force être une histoire de fesses se révélait être le type même de romance sentimentale à deux balles qui le faisait vomir ! Non… Ce n’était pas une bluette à deux sous ayant aussi peu de saveur que de couleur ou d’odeur.

Il avait eu la chance, il ne comprenait d’ailleurs pas vraiment pourquoi c’était tombé sur lui, de rencontrer l’amour avec un grand A, celui pour lequel certaines personnes se battent toute leur vie, celui pour lequel d’autres meurent avec un grand sourire sur les lèvres et le cœur apaisé ! Certes il n’avait pas envie de mourir, mais après toutes ses errances, il savait pourtant que pour Frédérique il en serait capable.

Frédéric qui se tenait là, sur le seuil, la bouche écarquillée, les yeux exorbités, se demandant vraiment
s’il était dans la réalité tandis que son compagnon, ou plutôt, ex-compagnon, lui prenait la main et l’entraînait vers SON salon, transformé en salle d’un joli petit restaurant avec nappe damassée blanche et soliflore. Mais avant qu’il ait pu protester ou poser la moindre question, Marcus avait commencé à parler.
 
Je t'aime, mais en pensant à mal
Parce que tout passe et tout finit
Sans la moindre morale
Prêt à tout pour que tu m'aimes aussi
Je ne suis pas fréquentable
Je t'ai sûrement perdu (1) d'avance
Tout ça n'est pas très équitable
Je n'ai rien pour ma défense

Frédérique se demandait ce qui lui arrivait. Il était rentré chez lui, morose comme depuis qu’il avait quitté son épouvantable compagnon. Et pourtant, il ne pouvait se mentir à lui-même : il l’aimait toujours de toutes ses forces ! Sans Marcus la vie n’avait plus beaucoup de saveur ! Bien qu’il soit le type le plus infect qu’il lui ait jamais été donné de rencontrer, il l’avait dans la peau, et pas qu’un peu !

Certes le quitter avait été une question de survie : il n’en pouvait plus de ses colères, de son amertume, de ses infidélités. Il n’en pouvait plus de se demander, à longueur de temps, ce qu’il représentait pour lui, si son amant avait ne serait-ce qu’une once de respect pour lui, un soupçon d’affection… Il n’osait même pas se demander s’il pouvait l’aimer, ça c’était de l’ordre de l’inimaginable.

Et pourtant, à cet instant précis, il lui semblait que s’ouvrait devant lui une vie sur laquelle il avait tiré un trait des mois plus tôt et que, peut-être, ce sentiment qu’il s’efforçait de refouler depuis son départ, avait une chance d’être réciproque.

Au lieu d' rougir de tous mes vices
J' voudrais en plus qu'ils soient versa
J'aimerais que tu nourrisses
Les mêmes sentiments pour moi
Les sentiments les plus bas
Je t'aime avec un mauvais fond
Parce qu'au fond, je n'y crois plus
Et préméditation
Depuis la première fois que je t'ai vu (2)

Marcus n’était pas, ne pourrait jamais être comme les autres. Pas plus que faire comme eux d’ailleurs ! Mais qu’il ait fait tout ce chemin pour le retrouver, qu’il soit là, dans son propre appartement…. Il faudrait d’ailleurs qu’il lui apprenne le nom du traître qui lui avait donné la clé ! Qu’il lui ait fait cette surprise, lui qui avait toujours vomi les « sentimentalités écoeurantes » dans ce genre…

Etait-il encore possible d’espérer ? Y avait-il une chance pour eux ? Se pouvait-il que son amant ait enfin retenu la leçon ? Se pouvait-il que, derrière l’homme exaspérant qu’il connaissait trop bien, se soit caché un homme plus doux, plus sensible, et que la séparation lui ait permis de prendre le dessus sur son double maléfique ?

Pouvait-il, sans risquer de souffrir de nouveau comme un damné, faire confiance à celui qui continuait à lui parler tout en tirant la chaise devant la table joliment décorée afin qu’il s’asseoit.

Je suis un félon et un traître
Pour que tu me prennes la main
Je pourrais même peut-être
Donner l'adresse de Jean Moulin
Je suis égoïste et avare
Ça non, je te partagerai pas
Je nourris à ton égard
Les sentiments les plus bas.
 
Frédérique ne put s’empêcher de sourire : il en faisait peut-être un peu trop son Marcus. Mais Marcus et Trop, c’était un peu synonyme non ? S’il avait été mièvre, pleurnichant sur leur amour gâché, lui jurant la main sur le cœur qu’il avait changé et que plus jamais il ne le contrarierait de quelque manière que ce fut, sans doute l’aurait-il simplement toisé avant de lui montrer la porte.

D’un autre côté, montrer la porte à un Marcus Kirzen peu décidé à la prendre, aurait sans doute risqué de dégénérer en une sorte de pugilat où Frédérique savait qu’il n’aurait pas eu le dessus, quand bien même l’eut-il voulu. Parce que de se retrouver si près de son amant, faisait remonter chez lui un désir qu’il n’avait plus ressenti depuis bien longtemps. Décidément, Marcus lui faisait toujours autant d’effet.
Peut-être plus encore tandis qu’assis en face de lui, ses yeux ancrés dans les siens, il continuait son étrange plaidoyer.


J'ai pas d'honneur, pas de dignité
J'irai pleurer sous ta fenêtre
Ce qui te déplaît, je t' le cacherai
Je suis un lâche, un malhonnête
Je reconnais, je suis pervers
J'ai plein d'idées derrière la tête
En plus, je parle (3) la bouche pleine

C’est qu’elle était si jolie cette  bouche pulpeuse, faite pour mordre et embrasser ! Frédérique détourna un instant les yeux, sentant au creux de son ventre monter une irrépressible envie de la prendre et de la dévorer de baisers.

Marcus… Son premier vrai grand amour, le seul sans doute. Certes, s’il lui avait dit qu’il pensait être son âme sœur, il se serait attiré quelque commentaire méprisant ou, pire, un grand éclat de rire moqueur… Pourtant, tout au fond de lui, c’est ce qu’il pensait. C’est ce qui lui avait donné la force de s’opposer même à son père lorsque celui-ci l’avait supplié de quitter l’homme qui ne lui attirait que des ennuis et le rendait malheureux en prime !

Qui avait dit que les âmes sœurs se reconnaissaient au premier coup d’œil et surtout s’accordaient parfaitement ? Nul doute que Marcus ne serait jamais tel qu’il avait rêvé le compagnon idéal. Mais présentement, il s’en rapprochait étrangement.

J' suis ridicule
J' me sens comme un cheval au galop
En plus mes métaphores sont nulles
Je suis pas du tout au niveau
J'ajoute que j'ai pas de caractère
Tu feras c' que tu veux de moi
Les sentiments que tu m'inspires
Sont décidément très bas

Sur ce coup-là, Frédérique ne put s’empêcher de laisser échapper un éclat de rire ! Marcus faire ses quatre volontés ! Marcus sans caractère ! C’était la découverte du siècle ça ! Il allait devoir envoyer des faire-part un peu partout et il imaginait les fous-rires qui allaient s’entendre aux quatre coins de l’univers à cette déclaration improbable.

Et puis il cessa de rire, parce que les yeux de Marcus, plantés dans les siens, lui racontaient encore autre chose que ce que sa bouche récitait, ce que son cerveau débitait après l’avoir appris durant des heures pour ne pas se couper, ne pas se tromper. Parce que se tromper voudrait dire retourner à son enfer personnel, à cette vie sans Frédérique, sans cet abruti de petit con de journaliste qui, après avoir réjoui sa queue, avait fini par lui envahir le corps, le cœur et la tête.

Oh, il avait bien tenté de se dire qu’il était bien débarrassé, qu’il n’avait rien à faire d’un fouille merde qui avait encore du lait qui lui sortait du nez, qu’il trouverait bien d’autres petits culs à baiser et qu’il ne s’en porterait que mieux. Mais la solitude et le silence, jour après jour, avaient fini par mettre en ruine ses défenses. La voix de Harry qui résonnait dans sa tête, le traitant de con, d’abruti et autres noms d’oiseaux tout aussi affectueux, avait aussi fini par lui faire baisser pavillon.

Du jour où il avait admis sa défaite, il n’avait plus eu qu’une idée : reconquérir son amour perdu. Et pour cela, il lui semblait qu’il n’y avait qu’une solution : se mettre à nu devant lui… Non, pas physiquement, quoique, si les choses se passaient comme il le souhaitait, il en viendrait peut-être là… Mais mettre son âme et son cœur à nu, se montrer à lui tel qu’il était à l’intérieur, tel que personne, sauf peut-être Harry ne l’avait jamais vu, n’avait même jamais soupçonné qu’il puisse être.

Il avait pensé que c’était sa seule chance, et, tandis qu’il continuait à parler, il se disait que, peut-être, il avait eu raison.

Combien de fois faut qu' j' le répète
Moi, l'impatient compulsif
Je t'aime, bordel, c'est clair et net
Je suis grossier et agressif
Monomaniaque obsessionnel
Il n'y a qu'à toi que je pense
Je suis flatteur professionnel
"T'es beau, gentil et pis t'es doux" (4)

De nouveau un sourire amusé vint retrousser les lèvres de Frédérique. Si les flatteurs professionnels se comportaient comme le Marcus qu’il avait quitté, nul doute qu’ils aient bien du mal à gagner leurs vies. Car les seules « flatteries » dont il se souvenait, à part celles, plutôt triviales, ayant trait à sa plastique ou à ses prédispositions à apporter du plaisir à son amant, étaient plutôt des moqueries ou des injures lancées dans l’emportement de la colère.

Ce devait être agréable que de s’entendre flatter par moment… Pas trop… Il n’était pas fan des louanges exacerbées et trop souvent mensongères. Mais juste parfois se laisser porter par les mots, se croire spécial, à part…

Spécial… à part… Ce soir il l’était… Ce soir il avait l’impression de se découvrir autrement par le biais des prunelles attachées aux siennes et de cette bouche qui parlait… parlait… disant tout ce qu’il n’aurait jamais pensé entendre de cette bouche là, de cet homme-là…

J'ai pas d' parole, je suis parjure
J'avais déjà dit à un autre
Que c'est lui que j'aimerais toujours (5)
Je suis un menteur, j'ai même pas honte !
Aucune vertu, tous les défauts
Il m'arrive de penser qu'un jour
J' suis pas crédible et mégalo
Ça s' trouve... tu m'aimeras en retour
 
Un pincement au cœur à ce rappel des aventures passées d’un Marcus qui ne s’embarrassait certes pas de scrupules quand il s’agissait de prendre son plaisir. Frédérique ne doutait pas qu’effectivement, pour amener certains naïfs dans son lit, son amant n’avait pas hésité à promettre ce qu’il ne tiendrait jamais.

Et lui dans tout ça ? Pouvait-il faire confiance à nouveau ? Pouvait-il se donner, leur donner une chance d’être heureux ?

Soudain il s’aperçut que Marcus ne parlait plus, qu’il s’était levé, avait fait le tour de la table, sans lâcher sa main et qu’il se tenait maintenant à ses genoux. Le souffle lui manqua : Marcus Kirzen à ses genoux ! Si on lui avait annoncé cela, nul doute qu’il aurait fait interner illico le porteur de nouvelles !

- Marcus…, balbutia-t-il, retrouvant enfin sa voix et savourant les deux syllabes qu’il s’était interdit de prononcer depuis des mois.

- Non… Ecoute-moi… Je suis un crétin égoïste doublé d’un abruti libidineux. Mais si tu veux me redonner une chance, avec toi je pense que je pourrai devenir quelqu’un de bien. Sans toi je ne suis plus rien et je ne ferai que devenir encore plus con jusqu’à ce que je trouve une putain de façon de tirer ma révérence.

- Chut !

Il ne voulait pas l’entendre parler comme cela. Il ne voulait pas penser qu’un jour peut-être Marcus serait tué par l’un de ces malfrats qu’il poursuivait avec hargne. L’homme agenouillé continua, sans tenir compte de la brève coupure :

- Je t’aime Frédérique. Con comme je suis, j’ai mis du temps à m’en rendre compte. Têtu comme je suis, j’en ai mis encore plus à me décider à venir. Mais maintenant je suis là et je t’ai dit tout ce que je ressens. Je ne te promets pas de devenir parfait, mais je te promets de t’aimer, de te chérir et de t’honorer jusqu’à ce que la mort nous sépare…

- Ca ressemble furieusement à une demande en mariage ça, Marcus Kirzen, tenta de plaisanter Frédérique, les larmes aux yeux.

- C’en est une mon amour…

Et devant les yeux médusés du jeune homme, tel un prestidigitateur ravi de son effet, Marcus sortit un écrin et l’ouvrit pour faire apparaître une magnifique chevalière en or blanc portant les initiales de leurs deux prénoms entrelacées.

- Marcus…

C’est tout ce que Frédérique parvint à dire. Ebahi, il regardait alternativement le visage anxieux de son ex-compagnon et le contenu de l’écrin. Il ne savait plus où il en était, il ne savait plus ce qu’il devait faire ou dire…

- Frédérique… veux-tu m’épouser ? articula alors Marcus d’une voix presque inaudible, comme s’il craignait que les mots ne viennent soudain briser la bulle dans laquelle ils étaient enfermés depuis que le journaliste avait franchi le seuil de son appartement.

Et devant le mutisme du plus jeune, il reprit, d’un ton empreint d’angoisse :

- Je t’aime… Je ferai tout pour te rendre heureux… Tout ce que tu voudras.

Et devant ce visage suppliant, le visage de l’homme qu’il aimait plus que tout au monde, Frédérique n’eut pas le cœur de se lancer dans des tractations qui auraient amoindri leur amour. Marcus était venu à lui, comme il n’aurait jamais pensé le voir venir un jour. Il lui avait parlé à cœur ouvert, signe que quelque chose avait changé en lui. Bien sûr, il y avait toujours le risque de voir revenir le Marcus impossible qu’il avait connu, mais il aviserait le moment venu. La vie était un risque, l’amour en était un plus grand encore et il n’avait jamais reculé devant aucun défi. Il n’allait pas commencer aujourd’hui.


- Je t’aime aussi Marcus et je veux passer ma vie à tes côtés.

La joie qui transfigura le visage tant aimé lui alla droit au cœur. Marcus lui passa la chevalière à la main droite puis, du regard il lui demanda la permission de ce baiser dont il rêvait et il ne fit aucune difficulté à la lui accorder. Et tandis que leurs lèvres se retrouvaient, que leurs langues se redécouvraient, leurs corps en demandèrent plus, beaucoup plus…

Le repas attendrait… L’amour ne doit pas refroidir !
 
FIN
 
 
Chanson de Bénabar
 
Paroles originales
(1) perdue
(2) vu
(3) chante
(4)  "T'es belle, gentille et pis t'es douce"
(5) J'avais déjà dit à une autre
Que c'est elle que j'aimerais toujours

Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
christelle72
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
christelle72


Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Chat
Messages : 3219
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 48
Localisation : Moignelee
Mon pairing du moment: : Eliott/Olivia

Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Re: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G   Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeMar 9 Fév 2016 - 20:40

c'est beau quand deux âmes sœurs se retrouvent
Revenir en haut Aller en bas
https://www.frenchficsfanart.com/t3706-christelle72
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
homer


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 6357
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 39

Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Re: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G   Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeMer 10 Fév 2016 - 11:35

:j:aime: :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
djorie


Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 2153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 42

Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Re: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G   Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeMer 10 Fév 2016 - 18:52

un très beau texte :j:aime: :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 18900
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 61
Localisation : Normandie

Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Re: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G   Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeMer 10 Fév 2016 - 21:21

Merci à vous trois! arigatou
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Invité
Invité
Anonymous



Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Sujet: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G    Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeVen 12 Fév 2016 - 10:13

superbe texte bravo bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 18900
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 61
Localisation : Normandie

Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Empty
MessageSujet: Re: Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G   Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G Icon_minitimeVen 12 Fév 2016 - 20:24

Merci Mumu! arigatou
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
 
Texte court - Infréquentable - Marcus/Frédérique - G
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Texte court - Pas toi - G
»  [Texte court] - Un instant - G
» [Texte court] - Jacques - G
» [Texte court] - Qui es-tu toi? - PG13
» Texte court - Dis Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Création en Mots :: Originales-
Sauter vers: