French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Bonjour, chers invités
Vous désirez nous rejoindre? N'hésitez pas, notre petit forum est un concentré de bonne humeur et d'histoires passionnantes. Nous avons une partie réservée aux membres car les histoires qu'elle contient n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pour y avoir accès vous devez respecter plusieurs consignes. Il n'y pas de passe droit possible.
(Mais tout d'abord un petit extrait de notre règlement):
1) Après votre inscription sur le forum il vous est demandé de "signer" la charte et le règlement du forum pour indiquer que vous avez bien pris note des règles qui régissent FFF. Pour cela il vous suffit de répondre aux messages "J'ai pris connaissance de la charte" et "J'ai pris connaissance du règlement". Toutes personnes n'ayant pas signé verra l'activation de son compte suspendue.
2) Veuillez, avant toute chose, vous présenter dans le topic consacré à cette intention en créant un nouveau sujet. Un petit questionnaire est mis à votre disposition pour nous permettre de mieux vous connaître. Toute personne n'ayant pas fait sa présentation sous 15 jours verra son compte effacé automatiquement sans mail de rappel.
......
13) Pour pouvoir demander l'accès au-delà de l'horizon vous devez répondre à certains critères : être inscrit de puis 15 jours minium, avoir signé le règlement et la charte, avoir fait votre présentation, et avoir posté au moins 15 messages, être âgé d'au moins 17 ans et avoir remplit son profil.
14) L'accès au-delà de l'horizon du forum est un privilège et non un droit, donc il pourra vous être retiré.
Bonne navigation.
Admin.
French Fic Fanart
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
 

 Un pari stupide - G

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Tyoris
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tyoris


Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 1167
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 44
Localisation : Dans une usine de Guimauve ^^
Mon pairing du moment: : Sherlock / John

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeDim 13 Sep 2015 - 22:21

Coucou, je reclasse ce texte que j'avais écrit pour le concours d'Halloween de l'année dernière!
Bonne lecture!

Personnages, situation et fautes de grammaire, tout est à moi
   rire démoniaque




Un pari stupide


Le brouillard qui ne s’était pas levé de la journée régnait à l’extérieur. Avec l’arrivée de la nuit, il se densifiait doucement, et bientôt les lumières de l’allée disparurent.
Perdus au milieu de nulle part dans un manoir breton, deux hommes se préparaient à passer la nuit. Si Benoit était parfaitement sûr de lui, Franck paraissait nerveux.

- Peux-tu me rappeler pourquoi on fait ce pari à la con?
- Parce qu’on aime gagner? Et que si on gagne on récupère 50 000 € chacun?
- Mouais, ben tu vois, je suis de moins en moins convaincu…
- Allez, c’est pas quelques fantômes qui vont avoir notre peau!

Jetant un oeil sur son téléphone, Franck reprit:

- Et on n’a même pas de réseau bordel!
- Ca c’est peut-être pas un mal!
- Comment ça?
- Tu t’imagines appeler les flics à 1h du matin pour leur dire qu’on est attaqué par Jack-O’-Lantern?
- … Je t’emmerde.
- Tu sais, si tu veux te casser, vas-y. Je passe la nuit seul ici et j’empoche le pactole, ça me va!

Sans lui répondre, le jeune homme le regarda l’air dubitatif. Quand ils avaient parié avec leurs amis qu’ils participeraient au concours de la ville et qu’ils passeraient la nuit d’Halloween dans cet endroit que toute la région disait hanté, il y avait surtout vu la possibilité de passer du temps seul avec Benoit dont il était secrètement amoureux, mais avec qui il n’osait rien tenter. Maintenant qu’ils y étaient, il se demandait s’il n’allait pas juste corrompre toutes les chances qu’il aurait pu avoir un jour avec lui.

Soit il partait comme Benoit le lui suggérait et dans ce cas il passait pour un lâche, soit il restait ici et tentait de prendre sur lui, mais vu l’état de nervosité dans lequel il était déjà, il doutait que cela soit une meilleure idée. Au moins s’il partait maintenant, Benoit ne l’entendrait pas hurler de panique cette nuit, au moindre craquement de plancher. Toutefois, il lui restait un peu de fierté, alors il finit par répondre:

- Je reste… Mais dis-toi que s’ils mettent une récompense de 100 000 € à ce concours, c’est pour une bonne raison.
- Eh ben toi, garde en tête que personne n’est jamais mort dans cette maison!
- Encore heureux...

Se retournant vers son ami et constatant qu’il n’avait toujours pas l’air très rassuré, Benoit ajouta:

- Ecoute, on va mettre les sacs de couchage ici, dans le salon, et on va faire un feu dans la cheminée. Ca va nous réchauffer et adoucir un peu l’ambiance de cette baraque. Et tout va bien se passer!
- Si tu le dis…

Le jeune homme avait répondu de façon brève, mais au fond, il allait déjà beaucoup mieux: passer la nuit dans la même pièce que Benoit l’enchantait.


*****


Ils avaient discuté une partie de la soirée et hormis quelques craquements lugubres, aucun ectoplasme ne fit son apparition.

Vers deux heures du matin, alors qu’il ne restait que quelques braises dans l’âtre éclairant faiblement la pièce, les deux amis dormaient paisiblement. La fatigue avait fini par avoir raison d’eux.

Soudain, des cris inhumains se firent entendre, emplissant la pièce pendant une dizaine de secondes. Réveillés en sursaut, le coeur battant à cent à l’heure, les deux jeunes hommes se retournèrent vers l’endroit d’où provenaient les hurlements.
Lorsque le vacarme cessa, le premier à retrouver la parole fut Franck:

- Putain c’était quoi ça??
- J’en sais rien mon pote…
- …
- C’est que du bruit hein? Ca ne peut pas nous faire de mal!
- Moi je reste pas ici, t’entends?
- T’inquiète, on risque rien…, lui répondit Benoit, autant pour se rassurer lui-même que son ami.

Pourtant, il n’en menait pas large et avait de la peine à déglutir. Il n’aurait pas cru ressentir autant de peur pour … quelques bruits. Il respira un grand coup et ajouta:

- Ca se trouve, ils ont planqué des haut-parleurs un peu partout, pour nous faire dégager. Ils ne veulent pas le filer, le fric!
- Ouais, ou ça se trouve, on est sur un vieux cimetière indien et ils reviennent pour nous scalper!
- Un cimetière indien, en Bretagne?

Les deux jeunes hommes se regardèrent et esquissèrent un sourire. La maison était maintenant silencieuse, et leur rythme cardiaque avait repris un rythme plus raisonnable.
Franck sorti de son sac de couchage, et remis deux bûches sur le feu, pour le faire repartir. Ensuite, il ouvrit le sac en question pour le mettre sur ces épaules. L’autre lui demanda:

- Qu’est-ce que tu fais?
- Si je dois partir d’ici en courant, il est hors de question que je sois empêtré là-dedans, alors je vais m’en servir comme d’une couverture.
- Si ça te rassure…

Il continua à l’observer un moment puis eut une idée. Il sortit lui aussi de son sac de couchage et l’ouvrit, puis l’étala sur le sol. Il dit:

- Qu’est-ce que t’en dit? Le mien fait matelas et le tien fait couverture. Ca fera comme un lit, et on ne sera pas enfermé, c’est mieux que de dormir assis.

Il ajouta:

- Et je te promets que je n’en parlerai à personne.

Il se garda bien d’ajouter qu’on pouvait faire de même en laissant le sac de couchage plié mais ouvert sur le côté, parce qu’au fond de lui, il se sentait plus rassuré de dormir avec quelqu’un. La frayeur provoquée par le bruit n’avait pas totalement disparue.

A cette proposition, Franck bénit la pénombre grâce à laquelle son ami ne le vit pas rougir. Il adorait l’idée et se dit que finalement, il garderait au moins un bon souvenir de cette soirée.

- Ok, ça me va comme plan, lui répondit-il, en espérant que son enthousiasme ne filtre pas dans sa voix.

Ils s’allongèrent l’un à côté de l’autre et rabattirent le second sac sur eux. Franck était aux anges, il avait complètement oublié la maison, les fantômes, les cris et sa peur. A cet instant, il n’aurait voulu échanger sa place avec personne. Il ferma les yeux et se concentra sur la chaleur de son ami. Celui-ci reprit la parole pour souffler:

- Pas sûr que je puisse me rendormir.
- Pareil… Mais au moins on est au chaud.
- Oui…
- Tu sais… Tout à l’heure… Tu as dit que tu ne le dirais à personne… Je…
- Non, je dirai rien, t’inquiète!
- Je… Je m’inquiète pas. En fait je… Hum...
- Oui?- …
- Rien, laisse tomber.
- T’as commencé maintenant, dis moi!
- Je… Je suis comme Stéphane Bern.
- Tu aimes les vieux châteaux?
- Non je…

Il fut interrompu par une porte grinçante et des bruits de pas. Quelqu’un ou quelque chose était avec eux. Instinctivement, les deux amis se rapprochèrent l’un de l’autre et regardèrent dans la direction d'où provenaient ces apparitions sonores. Franck chuchota:

- Toujours le haut-parleur tu crois?

Sans répondre, Benoit attrapa la lampe de poche qu’il avait laissé à côté de lui, l’alluma et la braqua sur les murs en face de lui. Il balaya la pièce, mais ne vit rien de spécial, alors que les bruits de pas se rapprochaient encore.

- Y’a rien, mon pote, regarde.
- Je vois rien mais j’entends, hein…!

Les bruits de pas s’arrêtèrent soudain, comme ils étaient arrivés.

- Tu vois, à nouveau ça s’est arrêté. C’est un montage sonore je te dis.

Tout à coup, ils sentirent chacun quelque chose leur saisir la cheville. Se débattants et hurlants, ils parvinrent à se relever sans pouvoir identifier autre chose qu’une ombre. Ils s’attrapèrent le bras et d’un accord tacite ils coururent vers la porte, abandonnant leurs affaires derrière eux.

Dans l’affolement, Franck oublia la marche qui se trouvait à la porte et plongea la tête la première sur les escaliers de marbre qui menaient à l’entrée. Benoit ayant assisté au vol plané se précipita vers lui et lui cria:

- Franck! Franck mon pote, réveille-toi mec! Putain, tu saignes… Franck merde!

Il essaya de le soulever et entendit une voix qui lui cria:

- Non attendez, ne le touchez pas, j’appelle une ambulance.

Il se retourna vivement et vu la personne qu’ils avaient pris pour une ombre apparaître dans l’encadrement.

- Putain mais vous êtes qui vous?, hurla-t-il, ne sachant plus s’il avait peur, s’il était inquiet pour son ami ou en colère parce que manifestement on s'était joué d’eux.

Une autre voix lui répondit:

- Calmez-vous, votre ami va être emmené à l'hôpital. Je m’appelle Nicolas Mercier, je suis un agent de la mairie, comme Gérald, qui est en train d’appeler une ambulance.
- Alors j’avais raison, c’était juste un piège…
- Il fallait qu’il y ait un vrai défi à relever cette nuit… Cela ne devait pas se terminer ainsi, nous sommes vraiment désolés.

L’autre homme intervint:

- Une ambulance sera là dans dix minutes, ils m’ont dit d’essayer de coucher le blessé sur le côté.
- Je vais vous aider.
- Vous vous le touchez pas! cria presque Benoit.
- Ok, ok...

L’homme recula d’un pas pour montrer sa bonne volonté, et Benoit passa ses bras autour de son ami pour le faire basculer sur le côté.

- Ca va aller Franckie, on va t’emmener à l’hosto et après tout ira bien mon pote, je te le promets… murmura-t-il à son attention, les larmes aux yeux, l’inquiétude prenant le pas sur tous les autres sentiments.

Doucement, il repoussa une mèche rebelle qui tombait sur les yeux clos de son ami, et constata que sa propre main tremblait. Ses nerfs étaient à vif.

De longues minutes s’écoulèrent pendant lesquelles le maire arriva, paniqué à l’idée qu’on puisse lui coller un procès sur le dos. Benoit l’envoya balader sèchement, en prenant sur lui-même pour ne pas lui coller son poing en pleine figure.

L’ambulance arriva enfin et embarqua les deux jeunes hommes avec leurs affaires, qui avaient été rassemblées et ramenées par les employés municipaux. Le soignant qui était resté avec eux à l’arrière de l’ambulance tenta de rassurer Benoit, puis concentra son attention sur son patient.

Arrivés à l'hôpital, un groupe d’urgentistes prirent Franck en charge.

Une infirmière perçut la détresse de Benoit, et vint discuter un peu avec lui. Elle lui demanda ce qui était arrivé et s’il connaissait le numéro de ses parents. Il lui répondit qu’il ne savait même pas si ses parents étaient encore en vie car il n’en parlait jamais, en revanche il avait une soeur dont le numéro devait être enregistré sur son portable. Ensemble, ils fouillèrent le sac de Benoit, trouvèrent le portable et appelèrent sa soeur. D’abord paniquée suite à la nouvelle, elle finit par dire qu’elle arrivait tout de suite à l'hôpital.

L’infirmière indiqua au jeune homme où se trouvait la salle d’attente et l’assura qu’elle viendrait le voir dès qu’elle aurait de nouvelles informations sur l’état de son ami.

Benoit se laissa choir sur un fauteuil usé, serrant le portable dans sa main et regardant tristement la guirlande de petits fantômes accrochée là pour distraire les enfants. Il aurait tout donné pour voir un médecin franchir la porte et lui dire que Franck s’était réveillé… Ils étaient amis depuis deux ans et au fil du temps, il avait développé une sorte de dépendance vis-à-vis de lui, qu’il n’expliquait pas. Les dernières vacances qu’il avait passé avec son ex copine en était une preuve flagrante. Au bout de trois jours, il avait fini par l’appeler, tellement il avait ressenti le besoin de l’entendre. Sa copine s’en était aperçu, ils s’étaient disputés, et elle avait fini par partir en claquant la porte et en lui criant qu’il ferait mieux de se pacser avec son si cher ami s’il lui manquait tant que ça. Il avait simplement rangé ce souvenir dans la catégorie "encore une folle", mais maintenant qu’il y repensait, il se disait qu’elle n’avait peut-être pas tort. Maintenant que la vie de son ami était en danger, il se rendait compte qu’il ne pouvait pas vivre sans lui.

Au bout d’un certain temps, il réalisa qu’il tenait toujours le portable dans sa main et préféra le ranger dans le sac de son ami pour ne pas le casser ou le perdre. Attrapant celui-ci, il se dit qu’il valait mieux le mettre dans une petite poche sur le côté pour le retrouver facilement si sa soeur rappelait, et ouvrit la fermeture pour glisser l’appareil dedans. Comme le téléphone ne rentrait pas, il regarda à l’intérieur pour voir ce qui gênait et son cerveau se court-circuita. A sa grande surprise, il tomba sur une boite de préservatifs et une bouteille de lubrifiant. Il referma précipitamment la poche, le portable toujours à la main.

Qu’est-ce que ça voulait dire? Est ce qu’il avait sérieusement pensé avoir un rapport sexuel avec lui cette nuit? A cet instant, le téléphone se remit à sonner et c’est confus qu’il décrocha.

- Allo?
- C’est Aline. Je suis dans le hall, où es tu?
- Euh… Je suis dans la salle d’attente des urgences
- Ok, je demande mon chemin et j’arrive.

Ils raccrochèrent et Benoit retourna à sa confusion. Peut-être que son ami avait toujours des capotes dans son sac qu’il ne sortait jamais, et qui n’étaient pas forcément destinées à cette soirée…? Ou est-ce que lui aussi ressentait la même dépendance que lui et en était arrivé à la conclusion qu’ils devaient coucher ensemble? C’était absurde, on ne devenait pas gay comme ça. Soudain, leur dernière conversation leur revient en mémoire. Stéphane Bern? Il était alors….? La soeur de Franck entra alors en trombe dans la pièce et mis fin au tourbillon infernal qui venait de se déclencher dans son esprit. Il se leva et elle le prit directement dans ses bras en lui demandant:

- Tu as du nouveau?
- Non pour l’instant on ne m’a rien dit…
- Qu’est ce qu’il s’est passé?

Benoit raconta tout le déroulement de la soirée sans parler de sa découverte. A la fin du récit, la jeune femme, en colère contre la bêtise de la mairie, lui dit qu’elle allait pousser son frère à porter plainte, puis partit en quête d’une infirmière pour avoir des infos. Elle revint sans plus d’informations mais avec deux cafés à la main.

- Merci…
- J’ai pensé que ça ne pouvait pas nous faire de mal…

Le silence retomba entre eux. La jeune femme laissa son regard vagabonder dans la pièce et remarqua le sac de son frère, aux pieds du jeune homme, avec une poche mal fermée. La poche où elle avait… Se pourrait-il qu’ils se soient enfin déclarés leur flamme?

Benoit dont le cerveau était toujours en ébullition, finit par demander:

- Je… Franck et toi vous êtes très proche, et je me demandais…?
- Oui?
- … Tu as déjà rencontré une de ses ex?

Dans un sourire, elle lui répondit:

- Peut-être, pourquoi tu me demandes ça?
- Pour rien, laisse tomber.
- Ah non hein, pas cette fichue manie de dire "laisse tomber" au milieu d’une conversation! Franck me gonfle déjà suffisamment avec ça!

Le jeune homme sourit à son tour:

- J’avais jamais fait gaffe, mais c’est vrai qu’il l’a dit quand…. dit-il en perdant son sourire.
- … quand?

Il soupira et termina:

- Quand il m’a parlé de Stéphane Bern.
- … Il t’a dit quoi exactement?, dit-elle pour l'inciter à continuer.
- Je ne sais plus, c’est juste après que tout a dégénéré, et… répondit-il un peu vivement en haussant la voix.

Des connexions se faisaient doucement dans la tête d’Aline, son frère était probablement sur le point d’avouer à son ami qu’il était gay mais n’avait pas eu le temps d’aller jusqu’au bout. Mais la poche ouverte alors? Et la question sur les ex de son frère? Elle prit une inspiration et se lança:

- Tu peux me dire tu sais… je connais mon frère par coeur et… je suis aussi ton amie.

Benoit leva les yeux sur elle et croisa son regard. Elle continua:

- Je vois bien que quelque chose ne va pas… Dis moi…

Fixant à nouveau le sol devant lui, il finit par lâcher:

- Il… Est-ce que Franck aime les hommes? Je veux dire… Stéphane Bern est gay non? et en rangeant son téléphone j’ai trouvé des capotes dans son sac, et… il voulait… il voulait…
- Il ne voulait rien du tout Benoit.

Il la regarda à nouveau et elle ajouta:

- Les capotes… C’est moi qui les ai mises dans son sac.
- …
- On ne sait jamais hein...
- Et… il aime les hommes?
- Attendons qu’il se réveille et vous pourrez discuter.
- Aline…
- …
- Je… tiens beaucoup à lui.
- Je sais.

Elle lui prit la main et il la serra. Ce simple geste sembla apporter un peu de réconfort à chacun.

L’infirmière qui avait promis d’apporter des nouvelles entra dans la salle.

- J’ai des nouvelles de votre ami, dit-elle en regardant Aline comme si elle lui demandait silencieusement qui elle était.
- Je suis la soeur de Franck.
- Eh bien votre frère s’est réveillé et la radio n’a rien révélé d’anormal. Nous allons le garder en observation pendant 24 heures, et ensuite il pourra rentrer chez lui.
- Mais il avait du sang partout…
- Il s’est ouvert l’arcade sourcilière, il a gagné quelques points de sutures mais la blessure ne se verra plus une fois guérie.
- Merci, vraiment!
- Je n’y suis pour rien, ajouta-t-elle dans un sourire, votre ami à la tête dure!
- Est ce qu’on peut le voir?
- Oui, mais rapidement, les visites sont normalement interdites après 19h et il doit se reposer. Il est dans la chambre 42, au 4e étage. Dites que Lucie vous envoie si on vous demande ce que vous faites là.
- Merci encore madame!
- Je vous en prie… Il a demandé après vous en se réveillant, il était tellement soulagé quand il a su que rien ne vous était arrivé… Je pense qu’il passera une meilleure nuit s’il le constate par lui-même. Je vous laisse, le devoir m’appelle!
- Au revoir!

Ayant retrouvé le sourire, les deux amis en oublièrent leur conversation et se dirigèrent rapidement vers les ascenseurs.
Arrivés au 4e, une infirmière se dirigea vers eux et leur indiqua que les visites étaient terminées. Aline parla de Franck et de l’autorisation de Lucie, et la jeune femme leur indiqua la chambre. Si l’infirmière en chef donnait son feu vert, il n’y avait pas de raison de s’inquiéter.

Derrière la porte, ils le virent enfin, à moitié endormi. Lorsqu’il leva les yeux sur eux, un immense sourire éclaira son visage.

- Alors petit frère, comment tu te sens?
- J’ai un peu mal au crane mais sinon ça va… Je suis content de voir que t’es entier, Ben…, finit-il dans un sourire. On m’a tout raconté mais j’avoue que ça m’a secoué un peu quand même, leur mise en scène…
- Il faut que vous portiez plainte.
- On verra ça… déjà ils ne veulent pas me laisser sortir…
- Ils te gardent juste en observation… Et on ne verra rien du tout, personne ne fait du mal à mon petit frère!
- Mais je vais bien, j’ai juste pris un mauvais coup en tombant… J’ai déjà fait bien pire à ski!

Benoit n’avait toujours rien dit. Il était vraiment rassuré de voir que son ami allait bien et même soulagé. Il en était encore à analyser ses propres sentiments quand il entendit la soeur de Franck dire:

- Maintenant que j’ai vu que tu étais vivant, je vous laisse en tête à tête! Je t’appelle demain! Repose toi!

Elle embrassa son frère sur le front et disparu avant que Ben ait pu ajouter quoi que ce soit.

- Ta soeur est un sacré numéro…
- Ca t’en a pas idée… Elle ne me lâchera pas avec son histoire de plainte.
- Elle a raison… Qu’est ce qu’on aurait fait si ça avait été plus grave?
- Ca ne l’est pas.
- Ca aurait pu… ils ne vont pas tarder à me foutre dehors, mais je reviens demain dès que les visites sont autorisées.
- T’es pas obligé, te sens pas coupable! J’étais volontaire pour faire ce concours avec toi.
- Hey, je suis obligé de rien. T’es mon meilleur pote et je ne sais pas ce que j’aurais fait si…

Une infirmière passa la tête à travers la porte à ce moment-là:

- Désolée jeune homme, mais il va falloir le laisser se reposer à présent.
- Je suis parti dans 30 secondes!

L’infirmière referma la porte aussi vite qu’elle l’avait ouverte.

- Faut que j’y aille, on se voit demain.
- A demain alors.

Suivant son impulsion, Benoit déposa un baiser express sur la joue de son ami et répondit brièvement “A demain” puis s’éclipsa rapidement avant que l’autre n’ait pu réagir. Une fois sorti de l'hôpital, il s’assit sur un banc et respira un grand coup. Il ne savait pas pourquoi il avait embrassé son ami et il comprenait encore moins pourquoi il était heureux de l’avoir fait.

Dans la chambre n°42, un jeune homme arborait un sourire idiot. Il garderait finalement un excellent souvenir de cette nuit d’Halloween.
FIN


Dernière édition par Tyoris le Lun 14 Sep 2015 - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3133-tyoris
homer
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
homer


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Rat
Messages : 6357
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 39

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeLun 14 Sep 2015 - 11:54

:j:aime: :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 18900
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 61
Localisation : Normandie

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeLun 14 Sep 2015 - 20:36

Vu sous cet angle, Halloween pourrait bien commencer à me plaire! clin d\'oeil 

Petite suggestion, si je peux me permettre: le fait de mettre les répliques des dialogues à la suite les unes des autres rend la lecture un peu compliquée pour savoir qui parle... Peut-être que la disposition "classique" serait plus lisible. svp
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Tyoris
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tyoris


Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 1167
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 44
Localisation : Dans une usine de Guimauve ^^
Mon pairing du moment: : Sherlock / John

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeLun 14 Sep 2015 - 21:25

Ben en fait, j'ai un souci avec la mise en page, la balise LIST que j'utilise habituellement ne fonctionne plus.
J'en ai parlé à Lillie, elle va regarder si elle peut faire quelque chose  clin d\'oeil

Mais pour ce texte, tu as raison, je vais l'éditer pour qu'on puisse le lire  clin d\'oeil

Merci pour vos commentaires   :j:aime:   :j:aime:



Edit: J'ai refait la mise en page, normalement maintenant c'est bon! sucette au caramel
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3133-tyoris
Invité
Invité
Anonymous



Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Sujet: Un pari stupide - G    Un pari stupide - G Icon_minitimeMar 15 Sep 2015 - 10:27

:j:aime: :j:aime: :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
djorie
Le rêve devient ta réalité….
Le rêve devient ta réalité….
djorie


Féminin Zodiaque : Cancer
Signe Chinois : Coq
Messages : 2153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 42

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeMar 15 Sep 2015 - 17:48

J'ai beaucoup aimé ce texte :j:aime: :j:aime:

bravo bravo Tyoris
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t1001-djorie http://meshistoires-slash.eklablog.com/
Cissy
Moderatrice générale
Moderatrice générale
Cissy


Féminin Zodiaque : Lion
Signe Chinois : Tigre
Messages : 18900
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 61
Localisation : Normandie

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeMar 15 Sep 2015 - 20:49

Ah ben oui! C'est beaucoup mieux comme ça! clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t709-cissy
Tyoris
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tyoris


Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 1167
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 44
Localisation : Dans une usine de Guimauve ^^
Mon pairing du moment: : Sherlock / John

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeMar 15 Sep 2015 - 22:49

clin d\'oeil Merci les filles! :j:aime:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3133-tyoris
Invité
Invité
Anonymous



Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeMar 22 Sep 2015 - 21:10

Très sympa cette histoire .. merci
Revenir en haut Aller en bas
Tyoris
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tu as rejoint le monde des muses…..
Tyoris


Féminin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chèvre
Messages : 1167
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 44
Localisation : Dans une usine de Guimauve ^^
Mon pairing du moment: : Sherlock / John

Un pari stupide - G Empty
MessageSujet: Re: Un pari stupide - G   Un pari stupide - G Icon_minitimeSam 26 Sep 2015 - 23:39

Merci de m'avoir lue! clin d\'oeil
Revenir en haut Aller en bas
http://www.frenchficsfanart.com/t3133-tyoris
 
Un pari stupide - G
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Torchwood - Stupide Pari - Jack/Ianto - PG 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
French Fic Fanart :: Création en Mots :: Originales-
Sauter vers: